Patients

« En fait le truc, c’est qu’il faut changer d’espoir… »

Aujourd’hui, nous sommes le mercredi 1er mars. Aujourd’hui est sorti en salles un film fantastique : « Patients ». Film que j’ai déjà vu deux fois ! En effet, j’ai eu la chance de le voir en projection presse dans les locaux de Gaumont, hier soir…

17098227_10211579582263262_6792720068876385214_n

Mais il fallait que je le revois vite. Très vite. Je n’ai pas résisté. Direction le cinéma, pour le revoir ce soir. Et vous savez quoi ? J’ai déjà hâte de le revoir. Encore. C’est difficile de trouver les mots justes, pour parler d’un film qui l’est tellement… Mais je vais quand même essayer. De toute façon j’ai une sorte de besoin d’écrire à propos de ce film. Assez étrange. Étrangement agréable. Un besoin de parler de ce film autour de moi. De parler de ce message d’espoir. Bref, commençons par le synopsis

Capture d’écran 2017-03-02 à 09.07.03.png

« Patients » est un long-métrage réalisé par Grand Corps Malade et Mehdi Idir. C’est un film boulversant, drôle et humain : un petit chef-d’oeuvre, qui raconte l’histoire de Grand Corps Malade. Les premières scènes du film sont juste parfaites. En caméra subjective. On est directement et totalement plongés dans cet univers qui est nouveau pour nous. Et plus le film avance, plus on s’attache à ces personnes qu’on voit à l’écran. On se sent proche d’elles, durant toute la durée du film. Proximité qui est renforcée grâce à une BO géniale : des sons des années 90 comme on les aime !

Pendant tout le film, on a un sourire ému. On rit. On sourit. Puis notre gorge se serre. Mais on sourit à nouveau. Ce film c’est un peu comme la vie. Ce film c’est la vie en fait. Des émotions. Un enchaînement d’émotions. Il nous montre que parfois c’est dur, mais qu’il ne faut pas lâcher. Qu’il faut garder espoir. Même dans les moments les plus difficiles. C’est un hymne à la vie. « Un hommage au courage » selon Grand Corps Malade… « Pas celui du héros. Celui que t’impose un sixième sens : l’envie de vivre malgré tout ».

Quand on demande à Mehdi Idir ce qu’il aimerait que le public retienne de ce film, il répond : « Sur la forme, qu’il perçoive qu’on a essayé de faire un film différent, dans la réalisation, comme dans le choix des comédiens et notre volonté de les mettre en avant. Sur le fond, qu’il retienne que lorsqu’on vit un drame, l’important c’est ce qu’on reconstruit et qui permet de se relever ». Et c’est exactement ce qu’on se dit quand on sort de la salle obscure. Les images du film sont aussi belles que le message que transmet le film.

Les comédiens sont incroyables : Soufiane Guerrab, Moussa Mansaly, Nailia Harzoune, Franck Falise et Yannick Renier crèvent l’écran. On sent une sensibilité différente chez chaque comédien. C’est un plaisir de découvrir de nouvelles têtes qui seront très certainement l’avenir du cinéma français… Ben, le personnage principal est lui interprété par Pablo Pauly, qui avance clairement vers la gloire. Le comédien arrive à nous faire passer une tonne d’émotions en même temps uniquement grâce à son regard. À un mouvement de ses lèvres. Sa manière d’avaler sa salive. Une performance incroyable et bluffante. Je n’ai même pas les mots pour décrire ce qu’il m’a fait ressentir tout au long du film. Cela fait des mois que je n’ai pas été touchée autant au cinéma par un comédien. Pablo Pauly est immobile mais avec un charisme fou. Et au final, on se rend compte qu’il ne joue pas sans son corps. Bien au contraire. Il doit avoir une maîtrise parfaite de son corps. Qu’il utilise de manière différente… La scène où Ben a son premier fauteuil roulant est troublante de justesse. Un très beau virage dans le film. Depuis la série « Les Lascars » ou « En passant Pécho », je trouve que ce comédien a un talent fou. Quelque chose en plus. Et il le prouve à tout le monde grâce à ce film.

pat_j14_644-copie

Humour et auto-dérision sont omniprésents dans ce film, car OUI c’est un film drôle ! Ce contexte lourd entraîne un réel instinct de survie mais aussi énormément d’humour. Et ça fait du bien. C’est un film qui nous fait prendre conscience de plein de choses. Mais aussi qui fait du bien. Qui fait rire. Espérer. Croire.

Un film qui montre que l’espoir existe. Qui prouve que l’espoir est bien là. Que l’espoir est universel. Que l’espoir n’est pas une question de couleur de peau, d’origine ou de handicap. Grand Corps Malade espère « que le film pourra modifer le regard sur le handicap » et ça aussi, c’est un bel espoir. Montrer que nous sommes tous différents. Notre handicap. Nos goûts. Nos origines. Notre couleur de cheveux. Nos rêves. Nos défauts. Nos espoirs. Nous sommes tous différents et le handicap est une différence comme une autre, finalement. Alors merci pour ce film différent, vivant et poignant, qui fait un bien fou !

PHOTOGRAMMES_70983.jpg

Rendez-vous sur Facebook : Patients Le Film

Blogueusement vôtre,

M.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s