Rosalie Blum

Mercredi 15 février 2017, il est 21h40. Je viens de terminer le film « Rosalie Blum » et j’ai adoré. Ça fait très longtemps que j’ai pas écrit pour mon blog, c’est vraiment nul. Promis, je vais recommencer à écrire plus souvent. Peut-être que ça fera plaisir à certains ou certaines. Mais au final, c’est surtout pour me faire plaisir à moi. J’ai toujours ce sourire niais qui se dessine aux bords des lèvres lorsque je suis inspirée quand j’écris. Et ce soir, j’ai ce petit sourire. Il y a des films comme ça, qui me donnent envie d’écrire. Une envie incontrôlable d’écrire. J’ai éteint ma télévision et j’ai directement allumé mon ordinateur. Comme s’il fallait que j’écrive. Comme si c’était plus fort que moi. Bref, je m’égare – et je ne dis pas ça parce qu’il y a Kyan Khojandi dans le film. Je voulais vous parler du film Rosalie Blum. Un long-métrage écrit et réalisé par Julien Rappeneau. Noémie Lvovsky dans le rôle de Rosalie Blum, Kyan Khojandi dans le rôle de Vincent et Alice Isaaz interprète Aude. Voici donc les 3 personnages principaux. Trois personnages qui s’ennuient. Mais qui sont loin d’être ennuyeux ! Je n’ai pas envie de vous parler de l’histoire même du film car il faut la découvrir soi-même… Mais il y a une ambiance géniale dans ce film. Différente. Génialement différente. De la tendresse se dégage des personnages. Des yeux de Kyan Khojandi. De certaines scènes pourtant très simples. C’est un film qui prend son temps. Dans un monde où toujours va toujours trop vite. Et ça fait du bien ! Ce film mêle habilement humour et émotions. À plusieurs moments du film, je me suis rendue compte que je sourirais. C’est simple mais beau. Simplement beau. On a l’impression d’être dans un autre monde, pendant 1h30. Pour moi, aucune fausse note dans ce film. Les seconds rôles sont eux aussi parfaits : Anémone, Sara Giraudeau ou encore Philippe Rebbot.

Le héros s’appelle Vincent Machot. Machot. Manchot. À une lettre près, le mec n’avait pas de bras quoi. Et c’est d’ailleurs ce qu’on peut voir au début. Un homme privé de sa capacité de décision, un homme qui n’est pas capable de saisir les opportunités. Mais plus le film avance, plus on se rend compte que cet homme est en fait beaucoup plus que ça, et que la seule lettre de différence entre manchot et Machot fait quand même une sacrée différence ! On découvre un homme attachant, tendre, original. Tout comme ce film : attachant, tendre et original. Juste pour finir : si vous avez 1h30 de libre un jour, regardez ce film. C’est une petite bouffée d’air frais. Un bonheur. Un chamallow qu’on trempe dans son chocolat chaud.

Blogueusement vôtre,

M.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s